btn adiome groupe   btn adiome ddt   btn adiome pro   btn adiome form   btn adiome diaemo

logo2

AdobeStock 64006028La réforme du DPE vise à rendre ce diagnostic plus fiable et plus compréhensible pour le grand public. Avec à la clé, un travail plus approfondi et un rapport plus complet.

 

À compter du 1er juillet 2021, le DPE cessera d’être un diagnostic purement informatif pour devenir opposable, à l’exception des recommandations faites par le diagnostiqueur. Dans le même temps, les politiques mises en place pour accélérer la transition énergétique des bâtiments vont s’appuyer sur le DPE qui servira, plus que jamais, à caractériser les logements énergivores et à appliquer les obligations et sanctions qui en découlent.


Cette volonté de donner plus de poids au DPE a conduit les Pouvoirs publics à entamer une profonde réforme de la méthodologie employée pour en fiabiliser les résultats. La méthode sur facture, utilisée jusqu’à présent dans les logements antérieurs à 1948 ou équipés d’un système de chauffage ou d’eau chaude collectif, est définitivement abandonnée et chaque donnée devra désormais faire l’objet d’une vérification au sein d’une méthode 3CL consolidée et mise à jour.


Dans le même temps, le rapport va être enrichi de nombreuses informations et rendu plus lisible. Ainsi, des informations relatives au confort d’été, à la production d’énergie renouvelable ou au système de ventilation vont apparaitre. Des schémas et des tableaux permettront de prendre connaissance de la répartition des déperditions thermiques, de la qualité de l’isolation de l’enveloppe ou encore des montants et consommations annuels d'énergie par usage avec indication d'une fourchette de la facture énergétique du logement. Par ailleurs, le chauffage, l’eau chaude sanitaire et le refroidissement ne seront plus les seuls usages à être pris en compte puisque le diagnostiqueur devra aussi s’intéresser à la consommation pour l’éclairage et les auxiliaires (pompes à chaleur, etc.).


Afin d’être plus accessibles, la présentation des préconisations de travaux sera aussi améliorée et hiérarchisée avec des objectifs clairs et un chiffrage estimatif des différents bouquets de travaux.


Enfin, la classe énergétique d’un logement ne sera plus basée sur l’étiquette Énergie (consommation), mais sur la plus mauvaise des deux étiquettes, Énergie ou Climat (émissions de GES).


Toutes ces nouveautés vont bien évidemment demander un travail d’investigation, d’analyse et de restitution plus important aux diagnostiqueurs. Il est donc à prévoir une tarification revalorisée de cette prestation afin de leur permettre de remplir leur mission convenablement et ainsi répondre à l’opposabilité du diagnostic et aux conséquences des résultats sur les sanctions/obligations qui s’appliqueront progressivement aux passoires énergétiques.

Retrouvez toute notre actualité sur les diagnostics immobiliers

agences3agencesbiscontactemail